Alain Michon

Edit | History | Recent changes | List of all pages

mise en scène de la prise de son

retour l'espace du son-le son dans l'espace
L'espace vivant c'est quoi?
les sons environnants



L'Illiade et l'Odyssée
Les Perses


Produire du sonore dans un espace vivant mobilise avec plus ou moins d'intensité l’acteur et son corps dans l'espace dans un temps et une durée définie, c'est une forme de performance.

Dans performance il y a authenticité, l'acteur est mis en danger par le fait de performer son texte dans et avec le milieu choisi et de réaliser des suites de protocoles : parcours, mouvements, déplacements, postures contraignantes. Ce faisant il est amené à se décentrer de son égo et d'une vérité d'interprétation autoproclamée au profit une vérité de survie entre guillements.

Choix des Lieux(Edit)

On ne choisit pas un lieu avec une grande réverbération pour jouer des percussions ou alors on adapte le rythme à la durée de la réverb. Pour exercer le chant grégorien on cherchera plutôt des abbayes cisterciennes. Le curée dans son sermon adapte le rythme de son homélie à la durée de la réverbération de son église.

Il y a toujours une réflexion dans tous les lieux, pour ne pas en avoir il faudrait être suspendus dans un ciel sans vent ou être isolé dans un champ infini de dunes de sable.

C'est le champ libre qu'on retrouve dans les espaces extérieurs sans parois ou objet réflecteur.

Dans mes diverses post-productions j'ai remarqué avec quelle facilité on peut mélange des atmosphères prélevées dans l'espace vivant. Il faut prévoir en amont du projet, des séances d'enregistrement avec une variations de plans du plus proche au plus lointain en tenant compte de la qualité acoustique du lieu. Mélanger un plan proche avec un plan lointain ne pose pas de problèmes si les deux séquences ont été enregistrées dans des lieux vivants, il se créer une mise en perspective des éléments qui composent les deux plans. Les éléments alors s'interpénètrent sans que l'on ait besoin de re-travailler des détails avec des réverbérations artificielles.

Choix des micros(Edit)

A chaque fois que l'on pose ses microphones dans un lieu il y a un temps d'approche et ce temps nous est utile pour se questionner sur la justesse de l'interprétation et des conditions d'énonciation des textes d'Homère. Comment les chanter, où les chanter qui chanter?

Il y a là un vif intérêt à tenir compte de la variété des capteurs que l'on va utiliser et des places qu'il vont occuper pour capter le jeu de l'acteur (cellule omnidirectionnel, cardioïde , hypercardioïde etc...) pour révéler, occulter, privilégier, isoler certaines parties du spectre sonore.
Ce sont ces choix qui conditionnent une prise de son cohérente avec le projet, chaque prise est une mise scène sonore que l'on opère, le but étant d'inscrire le chant dans une résonance qui va le porter.
Certaines capsules comme les capsules omnidirectionnelles s'adaptent très bien aux effets de proximité tout en capturant aussi le rayonnement des réflexions sonores de la salle.

mise en scène de la prise de son. Les différents scénarios de captation.(Edit)

  1. Choix des plans:
    Hyper-gros-plan, Gros plan, plan moyen, plan lointain, plan hyperlointain
  2. Parcours entre les plans

Du plan proche au plan lointain, c'est un mouvement sonore qui est créé. Dans ce jeu dynamique entre le lointain et la proximité, soit le mouvement est réalisé en amont à la prise de son soit en aval lors du mixage en post production.

cistercian_shaman

Eglise de Corconac, grand volume, réverbération courte et claire
Enregistrement multi-piste: deux micros hypo-cardioïde en couple variable espacés de 2,50 m des violoncelles, plus un micro Omnidirectionnel 4006 BetK espacé de 3,50 m de la la voix (un delay en post-production sur l'omni pour être en phase avec les violoncelles).

initialement, l'enregistrement est multi-pistes, il est fait pour être diffusé en multi-canaux (8 Ht-parleur) dans l'enceinte de la même église.

mouvements à maîtriser dans l'espace des capteurs.(Edit)

Ulysse submergé par les flots ...extraits de l'Odyssée

« Aïe ! Malheur, que peut-il m'arriver encore de pire ?
300 Je crains fort que n'ait parlé vrai en tout point la déesse

qui m'a dit que dans l'onde, avant mon retour sur ma terre,

j'aurais plein de tourments, car tout s'accomplit à cette heure.

De quels nuages Zeus ne couronne-t-il pas son immense

ciel ! Il déchaîne les flots marins, les bourrasques se pressent
305 sous toutes sortes de vents. Le plus sûr ? la mort-précipice.

Trois fois heureux, quatre fois, les Danaens qui moururent

dans la vaste Troade, portant la gloire aux Atrides.

Si j'avais pu mourir et connaître l'instant fatidique,

le jour où par milliers les Troyens, de leurs lances de bronze,
310 me harcelaient autour du cadavre du Péléïade !

J'aurais eu les honneurs ! Les Argiens auraient fait ma louange !

Mais mon destin était de mourir d’une mort douloureuse. »

On propose que Philippe Brunet bouge de droite et de gauche, de haut en bas de loin en proche face au couple de micros hypocardioïde (couple variable) en disant son texte figurant le tumulte de la situation. Le texte émis sera impacté tant par la tension corporel que le mouvement va créer que par le jeu d'adaptation que l'acteur va devoir opérer pour combiner à la fis maîtrise du mouvement et maîtrise de la diction. Il faut maintes répétitions en amont de l'enregistrement pour contrôler le mouvement, la relation aux microphones et les impacts sur la qualité du son. On trouve dans ce genre d'exercice des qualités de jeu proche du réel, l'acteur n'a pas le temps de surjouer, il est dans l'acte sur le fil du rasoir.
Ce genre de mise en situation est rarement possible dans les studios par maque de temps et d'espace pour le mettre en place.

Last changed (French time): 2022/01/22 17:56